La légende des 3 singes, emblême de Chauny

Chauny est située sur la rivière Oise, dans une vallée fertile que certains auteurs appellent "La Vallée d'Or".

Cette ville est héritière d'un passé prestigieux. On peut supposer que la ville pris naissance après la destruction de la ville romaine de Condren et les invasions des Vandales et des Huns en 407 et 451.

Chauny ne porta pas toujours le même nom, des auteurs latins l'appellent Calniacum pour devenir plus tard dans les chartes des Rois : Calny, Causni, Cauni et enfin Chauny.

Au cours des siècles, Chauny fut souvent envahie.

Dans Gargantua, Rabelais la décrivait comme une cité pleine d'entrain et de verve. Chauny a conservé sa réputation de ville prospère et dynamique.

Située au coeur d'une région industrielle très vivante, son développement économique démarre à la fin du XVIIIe siècle avec les entrepôts de glaces fabriqués à Saint-Gobain.

Dès 1822, sa vocation s'affirme grâce à la fabrication de la soude.

En 1835, le célèbre physicien et chimiste Louis Joseph Gay-Lussac, qui travaille alors dans le laboratoire local, démontre que le chlore est un corps simple et isole le cyanogène.

En 1917, la ville est entièrement détruite à la dynamite par les Allemands et sera reconstruite progressivement jusqu'en 1930.

La légende des singes de Chauny :

-->  Légende 1 : La municipalité de Chauny voulant, dit-on, peupler de cygnes les eaux qui entourent cette petite ville, en fit la demande à la ville de Paris. Celui qui fut chargé d'écrire, soit par distraction, soit par ignorance, mit "cynges" au lieu de "cygnes". Or, comme on orthographiait autrefois le mot singe avec un "c" et un "y" (cynge), les Parisiens envoyèrent à Chauny une collection de sapajous. De là serait né le dicton des singes de Chauny. Si non e vero, bene trovato.

--> Légende 2 : Il est beaucoup plus probable que ce surnom provient de ce que les arquebusiers de Chauny portaient la figure d'un singe sur leur bannière.

--> Légende 3 : M. Boileau de Maulaville pense que ce sobriquet vient du goût prononcé que les habitants de Chauny avaient, au Moyen-Âge, pour les jeux publics, les jongleries et les singeries. Mais c'est surtout Rabelais qui écrit, dans "Gargantua" au chapitre 24, un paragraphe consacré à Chauny. Il fait état de l'activité de Gargantua et de son emploi du temps quand l'air était pluvieux : "Allait voir les batteleurs, trajectaires (jongleurs), thiéracleurs (charlatans), et considérait leurs gestes, leurs ruses, leurs soubressauts (cabrioles) et beau parler, singulièrement ceux de Chauny en Picardie, car ils sont de nature grands jaseurs et beaux bailleurs de balivernes en matière de singes verts (animaux chimériques)". C'est ainsi que les singes sont restés l'emblème de la ville et qu'on les retrouve sur les blasons.